Stabiliser la glycémie : quelques astuces naturelles pour vous aider   -   Le tourisme généalogique québécois, à la rescousse des campagnes normandes ?   -   Où trouver des bornes de recharge électrique   -   Le glyphosate, cible d'un détournement vidéo drôle et déjanté   -   Existe-t-il une alternative aux radiateurs gourmands en énergie?   -   Voyage côté nature au Brésil : 3 sites écotouristiques à découvrir   -   Écotourisme à Cuba : l’une des meilleures façons de découvrir l'île   -   Zoom sur les bienfaits de la nature sur la santé   -   Des solutions pour mieux soulager la grippe   -   « Pourquoi le bio c'est cher ? » : enquête du Professeur Feuillage   -   En Charentes-Maritimes, il invente une bouteille 100% biodégradable   -   Enquête sur la méthode Monsanto   -   Ywaste transforme les déchets organiques en compost   -   Est-il possible de redonner vie aux aurochs, une espèce éteinte depuis le XVIIe siècle ?   -   Les tribulations de Curiosity sur la planète Mars, à la recherche de la vie   -   Les voitures autonomes s’apprêtent maintenant à envahir les rues de New York   -   Quand le supervolcan de Yellowstone se réveillera   -   Arrêtons d’être complices de l’obsolescence programmée, des alternatives existent !   -   Pesticides : à quoi s’exposent ceux qui habitent près des champs ?   -   Trois quart du miel est contaminé par des pesticides

« Nous plantons une forêt globale pour contrebalancer la stupidité monumentale de Trump »

Mauvaise Haleine

Accablés par le manque total de considération écologique de l’administration Trump, trois jeunes activistes ont décidé de monter un projet mondial de reforestation baptisé « Trump Forest ». Leur objectif déclaré est ainsi de compenser les effets destructeurs potentiels de l’agenda anti-climatique de Trump, et à plus forte raison de sensibiliser l’opinion publique quant à l’urgence environnementale.

L’initiative portée par trois militants environnementaux installés en Nouvelle-Zélande, Dr. Daniel Price, Adrien Taylor et Jeff Willis, est née après que Trump a signé un ordre exécutif en mars pour donner la priorité à l’industrie fossile en dépit de l’urgence environnementale. En s’attelant méticuleusement à défaire le Clean Power Plan – une législation votée par l’administration Obama pour lutter contre le réchauffement climatique en planifiant une réduction des émissions de CO2 – les acteurs de ce projet déplorent la volonté du gouvernement actuel de « démanteler la politique climatique des Etats-Unis à un moment où il est absolument critique d’accélérer les efforts sur le changement climatique. »

Sur leur site, le groupe porteur du projet expose leurs raisons :

« Le président des Etats-Unis Donald Trump est aveugle aux données scientifiques qui démontrent la responsabilité humaine quant au changement climatique. Il veut ignorer l’une des plus grandes menaces à la vie sur terre.  

Trump veut soutenir le charbon en dépit des scientifiques qui nous expliquent que nous ne pouvons plus nous le permettre, et en dépit des économistes qui nous expliquent qu’il y a plus d’argent à gagner et d’emplois à pourvoir dans le domaine des énergies renouvelables.

Alors nous plantons une forêt pour absorber les gaz à effets de serre supplémentaires que Trump a l’intention de diffuser dans l’atmosphère 

Nous plantons une forêt globale pour contrebalancer la stupidité monumentale de Trump.

Nous avons besoin de votre aide. »

Ainsi, la « Trump Forest » n’a pas de lieu physique prédestiné : tous ceux qui le souhaitent peuvent participer en plantant des arbres n’importe où dans le monde au nom de Trump. Le projet fait alors davantage office d’une plateforme collaborative visant à comptabiliser le nombre d’arbres plantés ou bien d’intermédiaire entre les dons des collaborateurs et des associations de reforestation, telles que l’Eden Reforestation Projects, qui plante des arbres à Madagascar.

Aujourd’hui, près de 185 000 arbres ont été plantés depuis le lancement du projet en mars. Pourtant, pour compenser le coût écologique que représenterait le démantèlement du Clean Power Plan, tel qu’il est prévu par l’administration Trump, Dr. Daniel Price souligne qu’il faudrait que plus de 110 millions d’arbres soient plantés !

Derrière l’aspect légèrement marketing de ce projet, qui joue sur le côté « marque déposé » de Trump (après la Trump Tower, la Vodka Trump… la Trump Forest), il y a une action concrète, physique qui pourrait, si ce n’est contrebalancer les mesures climato-sceptiques de Trump, du moins mobiliser une partie de la population derrière une action devenant vite « virale. »

Source

« Nous plantons une forêt globale pour contrebalancer la stupidité monumentale de Trump »
Noter cet article
Le portail ecolo et bio