Les prochaines générations d’avions seront-elles moins polluantes ?

Mauvaise Haleine

Quand aviation rime avec pollution…

Quelles sont les principales nuisances écologiques occasionnées par les avions ?

Le trafic aérien est responsable de diverses émissions, qu’il s’agisse de polluants atmosphériques, de CO², d’oxydes d’azote et de particules fines. N’oublions pas bien sûr les « dégazages » plus ou moins accidentels…

Les éminences grises de la filière aéronautique ne font pas mystère du fait que leurs flottes vont certainement doubler d’ici à 2035, ce qui n’est pas sans poser quelques interrogations. Qu’en sera-t-il alors de l’empreinte carbone ? Autant dire que cette question est sur toutes les lèvres…

Sachant que les spécialistes objectivent une augmentation du trafic dans leur secteur d’activité à hauteur de 5 % par an et à l’échelle internationale, les enjeux sont colossaux !  La donne va considérablement changer, que ce soit au niveau des infrastructures aéroportuaires et bien évidemment de la conception des futurs aéronefs.

L’OACI (organisation de l’aviation civile internationale) a planché sur le problème jusqu’à l’obtention de toute une série de mesures destinées à réduire les émissions de CO², et ce dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Applicable dès 2020, la base de cet accord prévoit une réduction ainsi qu’une compensation de l’augmentation des émissions de CO².

Pourtant, dès lors que l’on se penche sur le problème, il apparaît très clairement qu’il s’agit d’un challenge colossal. Les progrès technologiques au niveau de la conception des aéronefs seront-ils à la hauteur de toutes les espérances et des enjeux à venir ?

D’après les informations rendues publiques, la dernière génération de moteurs Leap conçue par Safran Aircraft Engines émettrait 15 % de CO² en moins. Sachant que ces moteurs sont appelés à équiper plusieurs milliers d’aéronefs et que ceux-ci ont une durée de vie moyenne de 30 ans, ces moteurs équiperont le prochain parc d’avions dans 30 ans…

Des avions solaires ou  électriques – Solar Impulse & E-Fan

Prenons un cas concret avec l’avion Solar Impulse dont les 63 mètres d’envergure d’ailes sont couverts de panneaux solaires. Cet aéronef qui a fait le tour du monde et dont la taille avoisine celle des plus gros avions de ligne ne peut transporter qu’une personne !

Quant à l’E-Fan qui est un avion fonctionnant grâce à un ingénieux système de propulsion électrique, il faut savoir qu’il s’agit également d’un monoplace. L’E-Fan a traversé la Manche en 2015. À cela s’ajoute sa ressemblance avec un ULM (ultra-léger motorisé), ce qui n’inspire pas forcément une confiance totale… Suite à cela, la compagnie Airbus a changé son fusil d’épaule en se focalisant désormais sur les avions hybrides.



Les biocarburants ont-ils le vent en poupe ?

D’une certaine façon, la signature d’un accord visant à interdire les taxations sur le kérosène (en 1944 à Chicago) représente un obstacle, voire une forme de concurrence déloyale vis-à-vis du développement des énergies dites « alternatives ».

Pour information : contrairement au Super, au Gazoil et aux autres, le kérosène n’est pas impacté par les impôts favorisant la lutte contre le réchauffement climatique.

Les prochaines générations d’avions seront-elles moins polluantes ?
Noter cet article
Le portail ecolo et bio