Stabiliser la glycémie : quelques astuces naturelles pour vous aider   -   Le tourisme généalogique québécois, à la rescousse des campagnes normandes ?   -   Où trouver des bornes de recharge électrique   -   Le glyphosate, cible d'un détournement vidéo drôle et déjanté   -   Existe-t-il une alternative aux radiateurs gourmands en énergie?   -   Voyage côté nature au Brésil : 3 sites écotouristiques à découvrir   -   Écotourisme à Cuba : l’une des meilleures façons de découvrir l'île   -   Zoom sur les bienfaits de la nature sur la santé   -   Des solutions pour mieux soulager la grippe   -   « Pourquoi le bio c'est cher ? » : enquête du Professeur Feuillage   -   En Charentes-Maritimes, il invente une bouteille 100% biodégradable   -   Enquête sur la méthode Monsanto   -   Ywaste transforme les déchets organiques en compost   -   Est-il possible de redonner vie aux aurochs, une espèce éteinte depuis le XVIIe siècle ?   -   Les tribulations de Curiosity sur la planète Mars, à la recherche de la vie   -   Les voitures autonomes s’apprêtent maintenant à envahir les rues de New York   -   Quand le supervolcan de Yellowstone se réveillera   -   Arrêtons d’être complices de l’obsolescence programmée, des alternatives existent !   -   Pesticides : à quoi s’exposent ceux qui habitent près des champs ?   -   Trois quart du miel est contaminé par des pesticides

Les marges exorbitantes sur le BIO : quand la grande distrib’ se paye notre pomme

Mauvaise Haleine

Ce mardi 29 août, l’UFC-Que Choisir a publié une étude « Le BIO, vaut-il vraiment le coup » *. L’une des conclusions qui ressort de cette étude est que le réseau de la grande distribution se gave d’exorbitantes marges sur les fruits et légumes BIO en surfant sur une vague de tendance (ou d’une transition durable ?) du bien-manger.

La grande distrib’ se gave des parts de marché du BIO

En France, les grandes et moyennes surfaces ont pris la tête des distributeurs de produits BIO avec 44,6% de parts de marché. En effet, parmi les réflexes ancrés dans le mode de consommation contemporain occidental, l’approvisionnement en grande distribution est quasiment automatique. Même si les distributions spécialisées BIO en réseau telles que Biocoop ou Naturalia se partagent 29,3 autre pourcent, et les circuits de distribution spécialisés BIO indépendante grimpent chaque année avec 7,1% de parts de marché en 2015, les progrès restent encore faibles.

Quoi qu’il en soit, la plupart des Français achètent des produits BIO en grande surface et ont dépensé 7 milliards d’euros pour ce faire. Les grandes surfaces en profitent d’ailleurs pour asséner de belles campagnes de publicité vantant leur application à proposer un large choix de produits BIO. Pas le choix pour eux au vu de l’éveil massif des consciences concernant le bien-manger. Alain Bazot, président d’UFC-Que Choisir recommande d’adopter un esprit critique face à l’achat :

« La grande distribution fait tout pour s’afficher en défenseur du bio. La confiance qu’elle souhaite installer auprès des consommateurs, à grand renfort de campagnes de communication, est mal placée. Le consommateur doit réfléchir à deux fois et varier ses sources d’approvisionnement ».

Par ailleurs, le message aux consommateurs expliquant le large choix BIO en grande distribution est le cœur de publicités parfois mensongères. Effectivement, le rapport affirme que dans près d’un cas sur deux, il était impossible de trouver en rayon à la fois des pommes et des tomates BIO.

Le BIO toujours pas accessible aux petits porte-monnaie

Les questions que l’association UFC-que choisir s’est posée sont alors : est-ce que consommer BIO coûte plus cher que consommer des produits « traditionnels » et surtout si c’est plus cher, pourquoi ? Sans surprise, la réponse à la première question est un grand OUI, cela coûte plus cher et consommer BIO n’est toujours pas accessible aux petits revenus (s’ils consomment en grande surface). En effet, le prix du panier de fruits et légumes représentant la consommation annuelle d’un foyer français moyen (2,3 personnes), implique une différence de 292 euros entre le BIO et le non BIO.

Crédits photos : UFC-Que Choisir?

Pourquoi le BIO coûte à ce point plus cher ?

L’association estime que cette différence de prix peut s’expliquer pour les fruits et légumes les plus périssables et sensibles aux manipulations, ce qui justifierait les marges brutes particulièrement élevées et supérieures de 171% pour la pêche et 161% pour l’abricot. Pourtant, le détenteur du record de différences de prix n’est autre que la pomme, connue pour sa grande résistance. L’UFC-Que choisir affirme que les marges de ce fruit largement consommé ne sont dues qu’à une politique de gourmands profits.

« En l’absence d’autres justifications et pour des produits dont les modalités de mise en rayon sont identiques, cette différence de tarification pourrait être due à une politique opportuniste sur un marché de niche. »

Il est clair que le BIO est obligatoirement plus cher pour l’instant, du simple fait du temps nécessaire à l’équilibrage des techniques agricoles et à l’augmentation du nombre d’exploitations ! A ce jour, la surface dédiée à l’agriculture biologique a été estimée à plus de 1,5 millions d’hectares, soit 20% de plus qu’en 2015 soit 6,5% seulement des exploitations françaises. Cette agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé du consommateur final a un coût : des rendements moins importants, plus aléatoires, des besoins de main-d’œuvre plus importants etc. Ces caractéristiques de l’agriculture biologique comptent pour 54% de la différence de prix – les 46% restants sont dus aux marges de la grande distribution.

Crédits photos : UFC-Que Choisir?

Appel d’UFC-que choisir à une régulation des marges

Alain Bazot souhaite interpeller les acteurs de l’alimentation dans le cadre du lancement des premiers ateliers des Etats généraux de l’alimentation mis en place par le gouvernement Macron :

« Nous demandons à l’Observatoire de la formation des prix et des marges d’étudier la construction des prix des produits bio dans la grande distribution et de faire la transparence sur les marges nettes. Si les marges étaient normales, cela favoriserait la consommation du bio. »

Par ailleurs, le mandat du président de cet Observatoire, Philippe Chalmin, vient d’être renouvelé par Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture. Ce dernier a annoncé ce mardi 29 août sur RTL qu’il souhaitait la mise en place d’un fond privé d’aide à « des filières bio qui sont plus en difficulté ou ont besoin d’être accompagnées pour continuer à investir et occuper des places de marché […] Ça peut être par exemple le fait qu’un industriel ou un distributeur puisse un temps donné rogner sur une partie de sa marge pour créer ce fonds spécifique qui serait ensuite redistribué par un acteur public ».

Consommer mieux, adopter les bons réflexes

Vous l’aurez compris consommer BIO, c’est un grand OUI ! Mais pas n’importe comment ou n’importe où. N’hésitez pas à favoriser les circuits courts, les réseaux de distribution spécialisés ainsi que les produits BIO et locaux à la fois si possible. Les fruits d’années de bataille concernant l’agriculture biologique ne doivent pas permettre à la grande distribution d’être encore plus gourmande en bénéfices.

*Concernant la méthodologie de l’étude, UFC-que choisir s’est concentrée sur les fruits et légumes, a sélectionné un panier de 24 produits représentatifs de la consommation des ménages français. L’association s’est basée sur les données du RNM (Réseau des nouvelles des marchés, dépendant de l’institut public FranceAgriMer.

Source

Les marges exorbitantes sur le BIO : quand la grande distrib’ se paye notre pomme
Noter cet article
Le portail ecolo et bio