Faire de l’écovolontariat lors d’un safari ou d’un voyage en Afrique du Sud

Mauvaise Haleine

Profiter d’un voyage en Afrique du Sud et participer à la préservation de la flore et de la faune locale est possible grâce aux séjours d’écovolontariat. Les visiteurs pourront réaliser des circuits sur mesure en compagnie des professionnels des parcs et réserves naturelles du pays. Ils auront l’occasion d’assister les passionnés dans leur travail tout en appréciant les plaisirs d’un parcours safaris à la découverte des richesses naturelles de la région.

L’écovolontariat en quelques mots

Cette formule de voyage consiste à participer à un programme choisi par les spécialistes de la biodiversité africaine. Au cours de leur circuit en Afrique du Sud, les aventuriers seront amenés à réaliser diverses tâches dont la localisation des spécimens et le comptage des individus ainsi que l’étude comportementale de chaque espèce. Ces activités sont utiles si on veut préserver la faune sauvage du pays.

 

Avec les nouveaux projets et l’industrialisation, la survie des espaces naturels devient une véritable problématique. Il faut aussi savoir que les parcs et réserves n’ont pas tous les mêmes ressources. Certains sites ne peuvent pas se permettre de consacrer une partie de leur budget à ce genre d’initiative.

L’écovolontariat se présente alors comme une solution adéquate. Les touristes peuvent contribuer à la pérennisation de la biodiversité locale. Certes, les services seront gratuits, mais ce sera toujours agréable de savoir que des animaux ont pu être sauvés de l’extinction grâce à nous.

Quelques parcs et réserves à découvrir en Afrique du Sud

L’Afrique du Sud c’est quelque 600 parcs nationaux et réserves animalières où de nombreuses espèces ont réussi à fuir les activités envahissantes de l’homme et à mener une vie plus ou moins sauvage. La nation arc-en-ciel conserve à elle seule plus de 400 espèces en voie de disparition. Le pays est en troisième place si on se réfère aux données mondiales sur la biodiversité et la préservation des espaces naturels.

Le parc national de Kruger figure en tête de la liste des aires protégées sud-africaines. C’est sur les lieux qu’on peut voir les membres du Big Five africain (les lions, les léopards, les buffles, les éléphants et les rhinocéros). Selon certaines études, les rhinocéros sont devenus les proies les plus recherchées par les braconniers. Les visiteurs écovolontaires pourront, par exemple, aider les responsables de la réserve à trouver et à compter les individus restants pendant leur voyage en Afrique du Sud.

Ils pourront aussi compléter les équipes des spécialistes de la biodiversité en les assistant dans le suivi de la faune sauvage dans les espaces naturels du territoire Zululand. Un autre programme sur la conservation des singes Vervets est également accessible. Un refuge a même été bâti afin de surveiller le mode de vie de ces animaux.

Faire de l’écovolontariat lors d’un safari ou d’un voyage en Afrique du Sud
Noter cet article
Le portail ecolo et bio