En Inde, la révolution énergétique n’attend pas !

Mauvaise Haleine

Depuis l’Accord de Paris, l’Inde a su prendre ses engagements très au sérieux. Pour le 3ème pays le plus consommateur d’énergie au monde, la transition énergétique a été, en un sens, une aubaine : elle lui a permis de concilier ses objectifs de développement – en rendant accessible l’électricité à l’ensemble de sa population – et sa volonté de s’affirmer comme « une superpuissance des énergies renouvelables » à l’échelle mondiale. En développant massivement son parc de panneaux photovoltaïques, l’Inde est d’ores et déjà parvenue à dépasser toutes nos attentes, et n’est pas prête à s’arrêter en si bon chemin.

L’Inde compte plus d’1,3 milliards d’habitants. Dans ce pays où le ventilateur est un indispensable du quotidien, les habitants affichent une augmentation de la demande d’électricité à peu près similaire à la France ou à l’Allemagne. En revanche, au niveau des quantités, en 2014, les habitants consommaient en moyenne 805,6 kWh contre 6 937 kWh en France et 7 035 kWh en Allemagne, une différence énorme qui traduit de lourdes inégalités quant à l’accès à l’électricité en Inde.

En effet, environ 240 millions d’Indiens (soit près de 2% de la population) n’ont toujours pas accès à l’électricité. Il s’agit d’un problème majeur dans la mesure où, encore aujourd’hui, de nombreux Indiens ne peuvent s’éclairer le soir, empêchant les enfants d’étudier ou posant des problèmes de conservation des aliments. C’est pourquoi, avec l’engagement de la COP21 l’Inde s’est fixée pour objectif d’alimenter l’ensemble de sa population 24 heures sur 24 d’ici 2030.

(Narendra Modi, premier ministre de l’Inde, à la COP21)

Pour répondre à cet objectif, l’Inde aurait pu simplement se reposer sur les sources d’énergie conventionnelle, et notamment sur le charbon, sa source d’énergie traditionnelle. A l’inverse, elle a décidé de s’investir pleinement (et à vitesse grand V) dans les énergies renouvelables, et particulièrement l’énergie solaire. Elle mise ainsi sur l’un de ses atouts majeurs : avec 300 jours d’ensoleillement par an en moyenne, elle est particulièrement apte à développer ce secteur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle est la chef de file de l’Alliance solaire internationale, une coalition de 121 pays situés entre le Tropique du Capricorne et le Tropique du Cancer, qui vise à « généraliser l’énergie solaire dans le monde et mobiliser 1 000 milliards de dollars d’investissements d’ici 2030 [investis par la Banque mondiale] » en exploitant au mieux le potentiel photovoltaïque des pays du Sud.

Il semblerait en outre que les investisseurs aient bien cerné le profil avantageux de l’Inde puisque, comme le souligne la Banque mondiale, « lors de son dernier appel d’offres, pour un projet solaire dans le désert du Rajasthan, le pays a obtenu un tarif plancher record de 2,44 roupies (l’équivalent de 4 cents) le kilowattheure. » Ainsi, le prix de l’énergie solaire est d’ores et déjà plus compétitif que celui du charbon, une excellente nouvelle pour la tendance amorcée vers une sortie progressive du charbon (qui compose encore aujourd’hui 69% du mix énergétique indien).

Alors que le précédent gouvernement avait affiché un objectif timide de 22 gigawatts pour 2022, le ministre de l’Energie du gouvernement indien de Narendra Modi, Piyush Goyal, estime quant à lui « qu’il n’est pas très difficile d’envisager que l’Inde installe 10 GWc de photovoltaïque par an et de 6 à 8 GW d’éolien chaque année. » L’objectif a ainsi tout simplement été multiplié par 7 : 160 GW d’énergie éolienne et solaire d’ici 2022. Toutefois, malgré les efforts sans précédents fournis par l’Inde, il semble difficile d’imaginer que l’Etat parvienne à atteindre son objectif.

En effet, même si la progression de la filière photovoltaïque est spectaculaire en Inde (+632 % en 2011, +154 % en 2012, +64 % en 2013 et +43 % en 2014), elle ne disposait encore en 2016 que d’une capacité de production de 9,01 GW, sur les 100 GW des 160 prévus pour 2022… On peut toutefois affirmer sans réserve que l’objectif de 22 GW fixé par l’ancien gouvernement sera pulvérisé si l’Inde suit cette dynamique. Mais, loin de suffire à détrôner le secteur des énergies fossiles, il faudra que l’Inde s’arme de patience et de volonté pour espérer atteindre ses objectifs. On estime d’ailleurs que les émissions indiennes de gaz à effet de serre continueront d’augment au moins jusqu’en 2030, avant que ses efforts n’aient un impact visible.

Le triple problème auquel doit faire face l’Inde aujourd’hui est alors de parvenir à concilier son engagement en faveur de la transition énergétique, avec sa volonté d’apporter l’électricité à toute la population et celle de répondre aux besoins d’une économie en plein développement. Ainsi, les mesures mises en place par le gouvernement Modi, notamment concernant le doublement de la taxe sur le charbon et l’aide à la fermeture des centrales de charbon de plus de 25 ans, sont à la fois un pas de plus vers la révolution énergétique et une épine dans le pied pour le développement de l’industrie indienne.

(Centrale photovoltaïque de Khilchipur (Madhya Pradesh, Inde) de 30 MWc, mise en service en 2014. Crédits : EDF EN)

Un article publié par La Tribune souligne également que « si l’Inde fait figure de nouvel eldorado pour les énergies renouvelables, un coût du capital élevé et un marché du financement en rendent l’accès relativement complexe. » Toutefois, des investissements massifs de la Banque mondiale visent justement à remédier à ces apories.

Avec un apport de plus d’1 milliard de dollars d’aide en appui aux plans de l’Inde pour le solaire, la coopération de la Banque mondiale et de l’Etat indien entend développer les parcs solaires indiens, mettre au point des solutions de stockage et contribuer à la mise en place d’infrastructures communes de réseaux.

Il y a quelque mois encore, le gouvernement indien annonçait qu’il voulait rendre le parc automobile complètement électrique d’ici 2030 pour remédier à la pollution atmosphérique (d’après Greenpeace, l’Inde est devenue pour la période 2016-2017 le pays où la pollution atmosphérique cause le plus de décès au monde).

Les efforts poursuivis par le gouvernement de Modi pour atteindre les objectifs fixés par la COP21 et entraîner dans sa course les pays dits « du Sud » (autrefois exclus de la transition écologique, malgré leur potentiel, du fait des coûts trop élevés des énergies renouvelables) devrait être une source d’inspiration pour nos dirigeants européens, qui semblent davantage préoccupés par des mesures en demi-teinte que par une mobilisation internationale forte et affirmée.

Si les ambitions de l’Inde sont au-delà de ses propres capacités, elles n’en restent pas moins un idéal qui mérite d’être appuyé et poursuivi par la communauté internationale, non pas sur la base de la rentabilité économique mais sur celle d’un objectif de société. Sans cela, nous ne pouvons qu’avoir le sentiment amer que l’Inde n’est que le nouveau terrain de jeu des investisseurs qui profitent d’un marché particulièrement juteux…

Source

En Inde, la révolution énergétique n’attend pas !
Noter cet article
Le portail ecolo et bio