De l’Inde à l’Angleterre, il parcourt 14 000 km en tuk-tuk solaire 

Mauvaise Haleine

Naveen Rabelli et son ami ont fabriqué un tuk-tuk photovoltaïque et ont rejoint Londres au départ de Bangalore : 14 000 kilomètres de distance et zéro C02 impliqué.

Eclair inspirant

Il y a deux ans, Naveen accompagnait un de ses amis à un festival de kite. Une fois de plus, ils se sont retrouvés bloqués dans les bouchons citadins habituels. Mentons sur le bord de la fenêtre, ils se sont rendus compte de l’immense brouhaha provoqué par les tuk-tuk ainsi que leurs fumées grises envahissant l’atmosphère. Leur imagination se déliant avec l’ennui, leur vient l’idée de convertir ces tuk-tuk en engins éléctro-solaires.

C’est cette même idée qui les a ramenés directement au bar le plus proche, griffonnant leurs premiers plans du projet TEJAS – Solar Tuk-Tuk : un tuk-tuk indépendant de tout carburant autre que les rayons du soleil. Tejas signifie le rayonnement, la luminosité et les deux amis ont choisi ce nom en remerciement au soleil et au futur prometteur de leur projet.

Eveil durable

Durant les 2 ans de construction du Solar tuktuk, Naveen et son ami se sont éveillés graduellement à l’importance d’une vie plus durable et plus respectueuse de l’environnement. C’est naturellement que l’étape postérieure à la construction de leur engin serait la sensibilisation d’un maximum de monde à un transport plus vert et plus pertinent.

Cousin vert du Tuk-Tuk

Les axes qui ont dirigé les deux amis dans la construction sont la similarité du Solar Tuk-Tuk avec les tuk-tuk classiques : même puissance de moteur (5 KW), même vitesse de pointe (40 km/h et même capacité en termes de poids. Secondement, ils ont misé sur la simplicité d’exécution. En effet, si à l’avenir, ils aimeraient que le projet Tejas ne soit qu’un prototype pour lancer le concept plus largement, leur plus grand désir est que d’autres personnes « simples et seules dans leur garage »  puissent être capables de mettre sur pied des projets similaires.

Un projet ambitieux

C’est décidé, Naveen rejoindra Londres grâce à des chiffres ronds : 10 pays, 10 000 kilomètres en 100 jours. « Durant ce voyage qui relie Bangalore à Londres, je veux connecter les personnes qui souhaitent s’orienter vers un futur plus durable grâce à des solutions comme le Solar Tuk-Tuk », explique cet Indien de 35 ans au regard humble. C’est donc en février 2016 qu’il quitte Bangalore à bord de son Tuk-Tuk qui a comme de grands yeux et un nez de filou : il s’apprête à parcourir des milliers de kilomètres dans une cabine exiguë sur un véhicule qui a une vitesse de pointe de 40 kilomètres heure. Sans peur et empli d’ambition, il prend la route.

Puissante inspiration

7 mois et des milliers de rencontres plus tard, Naveen Rabelli atteint le palais de Buckingham. Son objectif a été atteint, son aventure lui a permis de rencontrer et sensibiliser plusieurs centaines de personnes. Si vous souhaitez retracer son aventure, n’hésitez pas à consulter sa page Facebook. Parti de rien, l’ambition a porté Naveen lors d’un projet gigantesque qu’il a exécuté avec une humilité sans égal. Quelle inspiration ! Il serait formidable que ce voyage ne soit que le début d’une aventure à plus grande échelle vers un transport plus durable !

Source

De l’Inde à l’Angleterre, il parcourt 14 000 km en tuk-tuk solaire 
Noter cet article
Le portail ecolo et bio